• Site mis à jour le 08 décembre 2017 

La Saint-Martin

L'Ajoie, le Plaisir et la Saint-Martin

paysage st martinFête populaire et tradition vivante, la Saint-Martin reste une date repère à notre époque encore.

Elle se fête le deuxième week-end du mois de novembre. Pourtant, si le 1er novembre tombe sur un dimanche, on célèbre la Saint-Martin quinze jours plus tard, c’est-à-dire le troisième week-end du mois. Les réjouissances gastronomiques qui marquent cette fête ont inspiré cette expression délicieuse que le langage populaire a bien conservé : « Faire la Saint-Martin.» Pour se mettre en bouche, il est recommandé de se rendre les vendredi, samedi, dimanche et lundi à Porrentruy, au marché de la Saint-Martin.

Le menu

menu st martinBouillon
Gelée de ménage
Boudin à la crème
Bouilli
Grillade
Choucroute garnie
Rôti
(Totché)

La charte de qualité

logocharte smAfin de vous garantir une Saint-Martin respectueuse des traditions, certains restaurants ont acquis notre charte de qualité, garante de la tradition et de la qualité.

Saint-Martin 2017

En 2017, la Saint-Martin se déroule du 10 au 19 novembre

Pour plus d'informations

À télécharger

pdfGuide des restaurants5 Mo

Liens

Nous vous souhaitons une très bonne Saint-Martin !!!

Historique

Parmi les traditions ajoulotes, la fête de saint Martin occupe assurément une place privilégiée.

Le saint évêque de Tours du IVe siècle jouit dans la contrée, comme dans maintes régions de France, d’une popularité très ancienne et largement répandue dans les campagnes. Plus de cinq cents villages de France lui ont dédié leur église paroissiale; en Ajoie, il est le patron des églises de Courtedoux et de Montignez. C’est précisément dans la Haute-Ajoie, qui fut rattachée à l’archevêché de Besançon jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, que la tradition de la Saint-Martin s’est maintenue très vivante encore à notre époque. Au-delà de la fête religieuse, la Saint- Martin correspond à une césure dans le cycle annuel des travaux des campagnes.

Au-delà de la fête religieuse, la Saint- Martin correspond à une césure dans le cycle annuel des travaux des campagnes. Le 11 novembre correspond, pour les paysans, à l’échéance pour le paiement des baux. Ces réjouissances automnales, ensoleillées par « l’été de la Saint- Martin » comme le constate le dicton populaire, marquent aussi la fin des grands travaux des champs : granges, greniers et caves sont remplis de provisions en vue de l’hiver.

Malgré les changements des habitudes et du mode de vie, l’Ajoie a conservé vivante la tradition des repas de Saint-Martin, savourés par les adeptes d’une cuisine campagnarde qui apprête avec une variété infinie le cochon bouchoyé pour l’occasion. Du boudin au rôti, des gelées aux jambons, on connaît et on transmet d’une génération à l’autre mille et une façons de cuisiner des mets variés mais toujours à base de porc.

Ce culte de la table a été célébré par un poète ajoulot du XIXe siècle, Louis Valentin Cuenin, dans son fameux poème «Le Cochon» :

De saint Martin célèbre-t-on la fête,
Qui ne se pâme à l’odeur du boudin ?
Toute l’Ajoie alors se met en quête
Pour l’arroser d’un petit broc de vin (…)
Chez lui le poil, la peau, les os, la graisse,
Les intestins, en un mot, tout est bon.
Avec bonheur tout haut je le confesse :
Oui, mes amis, je chante le cochon.

Connexion S'enregistrer